Partagez | .
 

 Erin shore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nombre de messages : 433
Date d'inscription : 12/02/2014
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Erin shore   Dim 8 Mai 2016 - 7:37

Code:
✜ [color=firebrick]Isabelle Boulay[/color] → Erin Trisenin



SURNOM
Sur-quoi ?  
ÂGE
42 ans.
ORIENTATION SEXUELLE
Hétérosexuelle.
SITUATION AMOUREUSE
Célibataire libre comme l'air.
MÉTIER / FONCTION
Herboriste et soigneur.
APTITUDE(S)
Botanique, notions de soin, orientation.
TRIBU
Athna.
Décris nous ton caractère, comme tu le souhaites, en un petit texte en mettant en gras le trait de caractère et en expliquant, on te laisse libre choix du moment qu'on peut saisir le personnage. N'oublie pas également de développer les aptitudes que possède ton personnage. Pour plus d'informations c'est par ici que ça se passe

Courageuse ◆ Sauvage ◆ Indépendante ◆ Impulsive ◆ Intelligente ◆ Ambitieuse ◆ Charmeuse ◆ Arrogante ◆ Plus indulgente envers les erreurs de ceux qu'elle aime qu'envers les siennes, intransigeante avec les étrangers ◆ Maladroite ◆ Protectrice envers ceux que j'aime ◆ Affreusement jalouse ◆ Passionnée ◆ Rancunière ◆ Plus sensible que je ne veux bien le laisser croire ◆ Terriblement susceptible ♦ Effrayée par le ciel et ce qui en provient

Plus jeune, j'ai été « légèrement » complexée par les rondeurs que j'avais. Bon d'accord, très complexée. Je ne supportais pas qu’on évoque mes formes, et comme je suis quelqu'un d'à la fois susceptible et rancunier, c’était souvent le motif des misères que je pouvais provoquer. A plus ou moins long terme, d'ailleurs. La vengeance est un plat qui se mange froid, dit-on, avec moi, ça pouvait même être glacé. En découlait en tous les cas que ma pudeur naturelle s'en est trouvée exacerbée, et je ne me dévêtais jamais devant quiconque, même de confiance. Jamais ô grand jamais. A l'époque, j'avais toujours l’air calme, voire distante, imperturbable vis-à-vis de tout et de tous, mais il ne s’agissait que d’un artifice, une façade : Si la pire des nouvelles semblait me laisser de marbre, ça bouillonnait à l'intérieur de moi, et je crois que pas mal de monde craignait un peu le jour où tout ce que j'emmagasinais exploserait au grand jour…

Adolescente, j'ai changé, aussi bien physiquement que mentalement, et j'ai vite compris qu’un physique agréable pouvait être une arme redoutable face à la gente masculine. Et j'en ai profité, éhontément. Un décolleté plongeant, une jupe relevée dévoilant des jambes galbées, oui, cela faisait partie de ce dont j'usais face à ces messieurs pour parvenir à mes fins, ou pour le simple plaisir de voir leurs regards, emplis de désir, et non plus du dégoût ou de la pitié que j'y ai si souvent vus auparavant. Je suis devenue plus ouverte, plus joueuse assurément, peut-être un peu trop exubérante parfois, n’hésitant pas à sauter au cou de ceux que je connaissais ou que je cherchais à séduire pour obtenir ce que je voulais. La jeune fille effacée a laissé place à une femme flamboyante, autant que sa crinière, et peut-être un peu trop opportuniste parfois, je dois bien l'admettre. Certains ne m'appréciaient pas, et alors ? J'avais suffisamment de conquêtes et d'aventures diverses pour me prouver ma valeur, et me montrer aussi un travers que je pouvais avoir : je suis extrêmement jalouse et possessive. Et pas seulement au niveau amoureux d'ailleurs... Ce qui est à moi est à moi, et je ne supporte pas qu'on me le prenne...

J'ai décidé un jour que je serai herboriste. Parce que c'était différent des autres, parce que c'était différent de mon frère, surtout. Ce petit prodige, l'enfant roi pour mes parents, celui qui m'a volé ma place dans le coeur de nos parents. Il fallait que je me démarque de lui, qu'on me regarde à nouveau. Et j'ai appris, avec passion en plus, tout ce qui pouvait permettre de soigner les autres. Les plantes, les pierres, les soins d'origines animales, les gestes qui sauvent, tout. Et comment trouver toutes les matières premières dont je pouvais avoir besoin aussi, où aller les chercher, comment retrouver mon chemin ensuite. J'ai vite été fascinée, en réalité, par le monde qui nous entoure, la nature avoisinante et tout ce qu'elle pouvait nous apporter, tout ce qu'elle recèle de secrets et qu'on ignore encore. Certains animaux, cependant, ne font pas partie des créatures que j'apprécie. Les volatiles en particulier. Pour moi, le ciel n'est pas fait pour nous, et tout ce qui en vient est à éviter. Les gens du ciel comme les oiseaux, donc, que je n'apprécie pas le moins du monde. A vrai dire, j'ai vu les désastres qu'un vol de corbeau effrayant du bétail est capable de générer, des aigles fondre sur leurs inoffensives proies, des charognards dépecer des carcasses... Non, vraiment, je ne suis pas vraiment pressée de me retrouver à nouveau près de ces bestioles. C'est un avis biaisé, sans doute, d'autres prédateurs existent, mais pour ce qui concerne les bêtes à plumes, je ne leur vois que peu d'intérêt et même leur chair ne m'intéresse pas, il faudrait vraiment que je sois complètement à cours de nourriture pour accepter d'en avaler un morceau.

On évolue tout au long de notre vie, et après les éclats de ma jeunesse, dirons-nous, avec les années passant je me suis quelque peu assagie. Surtout parce que je l'ai rencontré, lui, l'homme avec qui j'ai partagé de nombreuses années de ma vie. Il était la personne pour qui je voulais que ça compte, et il n'est plus là. Un guerrier du clan, passionné par les animaux pour sa part, que la guerre a emporté, juste après une violente dispute entre nous, ça a de quoi marquer, n'est-ce pas ? Je crois qu'on peut dire que le feu s'est éteint, n’en restant à présent plus que des braises. Je ne suis pas vraiment repartie en arrière, je n'ai pas tout oublié, et je ne suis pas aussi renfermée que j'ai pu l'être petite. Je me sais plutôt jolie, c'est pas le souci, et quelque part, je pourrais continuer à en jouer, ça arrive parfois, mais... au fond à quoi bon ? Je n'en suis pas non plus à complètement me morfondre, loin de là, c'est le lot de tout un chacun, après tout, mais il n'empêche que si je me retrouvais face à celui qui l'a descendu, je ne laisserai pas sa mort invengée. Blood must have blood. Je ne baisse donc pas complètement les bras, et ma volonté reste intacte quant à la vie elle-même et ma volonté d'aider les autres, mais j'ai perdu le goût du jeu auquel je jouais depuis des années. Plus de regards aguicheurs, plus d’embrassades osées, plus de décolletés plongeants… Il se peut que parfois, je m'égare dans les bras de l'un ou de l'autre, mais je ne le cherche plus autant qu'avant de faire sa connaissance à lui.

Et puis il y a toujours cette terreur incontrôlable concernant toutes les volatiles. Ca, je crois que ça ne changera plus jamais. Si je reste particulièrement susceptible, mes réactions se sont quelque peu tempérées – parfois, je regrette d’être partie si vite ce jour-là, sans attendre d’explication, bien qu’au fond, je sache qu’aucune ne m'aurait semblé valable – et mes rancunes et mes répliques cinglantes sont devenues moins systématiques. Quelque part, je voudrais pouvoir revenir en arrière. Parce qu'à présent, je sais que je n'aurais jamais d'au revoir digne de ce nom, ni même d'explication : il n'est plus là pour me les apporter.
+ Quelle est la pire chose que tu aies faite ? Des regrets quelconques sur ta vie ?


La pire chose que j'ai faite ? Je ne sais pas trop. Des rancunes trop vives pour ce qu'on m'a fait, il y en a eu des tas, certaines perdurant encore aujourd'hui, pour un incident d'enfance avec un berger pourtant apprécié de mon peuple. mais ce que je regrette le plus, assurément, c'est d'avoir tourné les talons face à l'homme que j'aimais, alors qu'on se disputait et que j'aurais dû attendre des explications, que je n'aurais plus jamais. Parfois je me dis qu'il devait avoir une bonne raison pour ainsi voler mes remèdes et poisons, mais il n'a pas eu le temps de me l'expliquer, il est parti combattre, ensuite, et n'est jamais revenu. Je ne regrette pas vraiment mes mesquineries envers tout un chacun lorsque j'ai été blessée, parfois je me dis que j'aurais pu être moins rude, mais ça ne me perturbe pas plus que ça. De devoir vivre le reste de mes jours avec le souvenir de son visage désolé et le poids des non-dits sur les épaules, en revanche, ce n'est pas vraiment quelque chose que je parviens à encaisser.

+ Ton opinion sur les cents ? En as-tu déjà rencontré ? Face aux récents événements (cf intrigues) ta première impression depuis leur arrivée a t-elle changée ? D'autres personnes sont également tombées du ciel (Odyssée), que penses-tu de ça ? Est-ce que tu te sens menacé ? Fasciné ? Penses-tu qu'il y en aura d'autres ?


J'espère bien qu'il n'y en aura pas d'autre ! Tout ce qui provient du ciel me terrorise, vous vous souvenez ? Les cent, déjà, ne me plaisaient pas du tout. Leur arrivée sur nos terres, ce n'était clairement pas une bonne nouvelle. Je n'étais pas pour cette trêve, je ne sais pas s'il fallait leur faire la guerre ou les laisser dans leur coin, mais clairement, faire la paix avec eux ne fait pas vraiment partie des options que j'envisageais. Si je me sens menacée ? Ils ont pris l'homme que j'aimais, alors oui, forcément que je me sens menacée. Je ne comprends pas qu'on les accepte comme s'ils étaient inoffensifs. Et sans doute que je mets tous les oeufs dans le même panier, peut-être que les méfaits de certains ne devraient pas rejaillir sur les autres, mais ça ne m'empêche pas de ne pas les apprécier une seconde. Si un jour je me trouvais face à l'un d'entre eux, je ne sais pas trop comment je réagirais. J'ai tout fait pour éviter leur contact jusque-là, je n'ai pas vraiment l'intention de changer ça. Et si je me retrouvais face à ceux qui ont tiré sur nous ce jour-là, je ne suis pas certaine qu'il ne prendrait pas une lame empoisonnée dans le corps. Non, en réalité, je suis certaine du contraire. Trêve ou non.

+ As-tu déjà envisagé de quitter la tribu dans laquelle tu évolues ? Si oui, pour quelle(s) raison(s) et pour faire quoi ?


Mais jamais de la vie. Je ne comprends d'ailleurs absolument pas qu'on le fasse. Sans doute une idée véhiculée par mes parents, certes, et qui est restée ancrée en moi. Mais ça n'empêche que le clan n'est fort que s'il reste soudé. Si on commence à l'abandonner, il va s'effriter et disparaître, et ça, c'est impensable. Il y a ce berger, d'ailleurs, qui a repris le flambeau de son père, un déserteur. Il n'y est sans doute pour rien, lui, pas plus qu'il n'est responsable en réalité de l'incident qui nous est arrivé lorsque nous étions enfants. Ca n'empêche que je ne leur pardonne pas, à son père d'avoir abandonné le clan - par amour, certes, objectivement, je devrais pouvoir le comprendre, mais je suis loin d'être objective - à lui d'avoir été là le jour où son troupeau s'est affolé et m'a foncé dessus, sans que ça ne permette d'éviter cette énorme frayeur qui est restée gravée dans ma mémoire. De nombreuses années se sont écoulées, et pourtant, il est toujours plus heureux que nos chemins ne se croisent pas, parce que la rancune reste vive, encore aujourd'hui.

+ Quelle place accordes-tu à ta famille, tes proches ? Te sens-tu bien intégré(e) parmi les tiens ? D'ailleurs, dans quelles activités t'épanouis-tu ?


Ma famille... Disons que c'est... compliqué. J'étais la princesse, petite. Choyée, adorée par mes parents pour ma vivacité d'esprit, j'apprenais vite, et j'étais fière de les voir fiers de moi. Et puis Eoghan est arrivé. Mon frère, ce héros à leurs yeux qui me volait ma place. Je lui en ai voulu, énormément, des années durant. Je l'ai rejeté d'emblée, sans chercher à le connaître, lui, qui n'aspirait qu'à se rapprocher de sa grande soeur. Pendant des années, je ne lui ai pas adressé la parole. Pendant des années, j'ai fait comme s'il n'existait pas, et j'en ai voulu à nos parents à tel point que même devant leur bûcher, je n'ai pas versé la moindre larme. Mais lui, au final, il n'y était pour rien. Il a toujours été là, dans l'ombre, à veiller sur moi quoi que je refuse de le voir. Il aura fallu bien des années pour que j'accepte sa présence, pour que je reconnaisse que, lui, n'y était pas forcément pour grand chose, et je dois bien avouer qu'aujourd'hui, je suis plutôt fière de lui, de l'homme qu'il est devenu. Sans doute le fait qu'il m'ait avoué avoir progressé dans tous les domaines où il excelle aujourd'hui pour que je le sois joue beaucoup en sa faveur puisque ça flatte mon ego. Mais il a été là, aussi, le jour où on nous a annoncé qu'il avait péri sur le champ de bataille, et je dois bien avouer que je ne m'imagine plus une seconde ma vie sans mon petit frère à mes côtés. Et gare à qui s'en prendrait à lui.

+ Des angoisses/craintes/phobies/problèmes de santé à signaler?


Je n'ai pas de problème de santé particulier, pas que je sache en tout cas, et j'espère bien qu'il n'y a rien dans notre sang qui entame un compte à rebours de nos jours, parce que je n'ai pas envie de mourir, et je n'ai, surtout pas envie qu'Eoghan en pâtisse. En revanche, j'ai peur pour lui, chaque jour, je refuse de le voir partir lui aussi, comme l'homme que j'aimais a rejoint nos ancêtres.

Et puis, bien que je tâche de le taire et de ne pas le laisser voir aux miens - quelle faiblesse ! - je ne supporte définitivement pas les volatiles en tous genres. Tant qu'ils restent loin, encore, je peux faire illusion, mais je sais comme ils peuvent parcourir de grandes distances en peu de temps, je sais comme ils peuvent fondre sur une proie, je vois les volées massives tournoyer autour de nous et ça n'a rien de rassurant, bien au contraire. Pour peu qu'ils s'approchent, je peux devenir parfaitement hystérique, et sans doute dangereuse, parce que je ferais sans doute tout et n'importe quoi pour m'en débarrasser. Avant de finir en larmes, en panique, prostrée dans un coin de ma hutte à l'abri de tout et de tous.

+ Le péché capital/la vertu qui te représentent le mieux?

L'envie, l'orgueil, la luxure ?

Faites votre choix, mais ça pourrait être difficile parmi les péchés me concernant... J'ai toujours eu tendance à envier ce que les autres avaient et moi non. Sans doute lié à ma propre fierté, au fait que quelque part, j'estime que je mérite mieux que ça - ou en tout cas au moins autant que les autres. Je prends ce que je veux, ce dont j'ai besoin, dans tous les domaines. Que ça passe par le marchandage, par l'échange de services au vu de ma profession, ou par d'autres services, d'ailleurs. Il n'y a pas de mal à se faire du bien, après tout.

Quant aux vertus... Là, ça va être compliqué aussi, mais pas vraiment de la même manière. Parce que la Charité, la Tempérance, la Justice, L'Espérance, la Force d'Âme ou la Foi, non, vraiment, très peu pour moi.

La Prudence peut-être. Il paraît que c'est d'elle que proviennent les autres vertus, mais j'ai dû louper une étape dans l'histoire... La prudence, cela dit, c'est la seule vertu qui puisse réellement me correspondre. Celle qui m'a permis de rester en vie sans doute.

+ Quelle est ton opinion sur les autres tribus ? Face aux récents événements (cf intrigues) penses-tu qu'il faudrait se méfier de certaines d'entre-elles ?  


Je n'ai jamais vraiment apprécié les autres tribus, mais à vrai dire, je ne suis pas vraiment la personne la plus philanthrope du monde. Je ne l'ai jamais été, je ne le serai certainement jamais, et les derniers événements ne sont pas vraiment pour me faire changer d'idée. Je suis guérisseuse, certes, mais ma volonté d'aider concerne davantage mon peuple que le reste de la population. Est-ce que je laisserai un membre d'une autre tribu mourir parce qu'il ne serait pas né dans le bon clan ? Non, sans doute que non... Davantage parce qu'il s'agirait d'un challenge médical à relever que par bonté d'âme, mais tout de même. Est-ce que je donnerai priorité à un Athna face à qui que ce soit d'autre si je devais choisir ? Evidemment que oui ! Et si je n'ai jamais vraiment aimé qu'on abandonne les Athnas pour les autres tribus, j'apprécierai tout aussi peu qu'on abandonne le clan pour le peuple du ciel. Au fond, c'est sans doute une tendance qu'il me reste de nos parents, mais ça n'empêche. Est-ce qu'il m'arrive de penser que les autres tribus ne sont pas toutes néfastes ? Pas vraiment. Est-ce que je pense parfois que tout le monde n'est pas à mettre dans le même panier ? Parfois. Mais admettre que je peux avoir tort ? Ca, c'est hors de question. Je dois bien avouer, cela dit, qu'il existe des exceptions à ma misanthropie. Ca arrive parfois, même parmi les autres clans. Parfois seulement.

+ Que penses-tu de la radioactivité, de tes ancêtres ayant détruit leur habitat un siècle plus tôt ? Quelle est ta relation avec la nature ?


10 lignes minimum si pas d'histoire
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vivamus nec neque ac purus blandit fringilla vitae vitae felis. Vestibulum tellus augue, porttitor ut velit nec, vestibulum cursus ligula. Fusce porttitor facilisis aliquet. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. In et orci euismod, tincidunt dui sed, venenatis massa. Maecenas id orci a dolor semper volutpat. Phasellus eleifend massa ex, nec interdum nisi venenatis non. Nullam convallis, tellus at tempus hendrerit, leo nunc malesuada nibh, eget elementum justo neque eget dui. Quisque rhoncus nunc non venenatis faucibus. Sed blandit, nunc ac mollis tempor, est risus varius nibh, a volutpat felis nunc id metus. Suspendisse quis commodo turpis. Nulla eget sagittis sapien.


En fait, je reprendrais un ancien perso, qui s'appelait Kathaleen Erin O'Riordan et que j'aurais l'intention de reprendre sous le nom d'Erin Trisenin ici...

Vu l'avatar convoité (Isabelle Boulay)pour mon athna, elle aurait la 40aine, herboriste et soigneuse, genre médecin attitré de la tribu si c'est faisable. Elle aurait voué sa vie, en gros, à la guérison des siens, et étant plutôt rapide à l'apprentissage, reconnaîtrait facilement les maux et leurs remèdes dont elle aurait un jour eu connaissance.

Erin aurait une sainte horreur des volatiles, l'idée de voler, ça la terroriserait, mais c'est un détail qu'elle cacherait un peu et qui daterait de l'enfance - assez fière, elle n'apprécierait pas trop de montrer cette faiblesse. Elle serait très bien dans sa montagne, ou parmi les plantes, si bien qu'il lui arriverait pas mal de descendre vers la vallée, ne serait-ce que pour récupérer d'autres ressources végétales. Je pense que du coup, elle aurait appris à user des plantes et minéraux médicinaux de la montagne, mais pourrait aussi avoir appris à se servir de ce qu'on trouve dans la forêt voire plus loin dans la vallée.

Ce serait quelqu'un d'assez sûr de soi, de charmeur, et assez opportuniste, bien qu'elle reste fidèle à sa tribu, capable de mentir sans la moindre honte si ça peut servir son but.
Ceux du ciel, elle resterait méfiante (en fait, tout ce qui vient du ciel, elle se méfie), mais pas forcément hostile, dans le sens où tant qu'ils n'empiètent pas sur ses plate-bandes, ils font bien ce qu'ils veulent. Limite si elle pouvait commercer avec, tant mieux. Ou apprendre autre chose en matière de soins, éventuellement.

Elle aurait eu une relation houleuse avec sa famille par le passé, à la naissance de son petit frère, de dix ans son cadet, dont elle aurait longtemps été particulièrement jalouse. C'est assez tardivement qu'ils se seraient retrouvés, il y a quelques années seulement, et s'il est très différent d'elle, ce serait à présent la prunelle de ses yeux, et la personne qu'elle protégerait toujours avant tout le monde, même les siens. Quant à ceux qui désertent le clan, elle ne pourrait pas les voir autrement que comme des traîtres. Elle ne comprendrait juste absolument pas qu'on tourne le dos aux siens, même si elle n'est parfois pas d'accord avec les décisions du groupe.

Autant la nature et le corps humain (surtout le corps humain et ses réactions   elle a profité de ça d'ailleurs, vu qu'elle a plutôt des moeurs assez légères), elle gère parfaitement, autant les concepts physiques et mécaniques, ça lui passerait carrément au-dessus de la tête. Elle serait plus intéressée par le chant du vent dans les feuilles que par le son d'un moteur en gros, ce qui fait que la mécanique des Skykru bah... elle s'en moque total...

Quand elle était petite (jusqu'à la naissance de son frère à ses 10 ans), c'était la petite princesse de ses parents, et je pense qu'elle était assez peste, arrogante, la fille qui a tout pour elle, enfant gâtée un peu. Je pense aussi que cette idée de "on n'abandonne pas le clan" vient de ses parents et que même si après elle a été en froid avec eux, elle ne peut pas s'empêcher de penser de cette manière. Du coup, quand ils se sont rencontrés enfants, elle était sans doute relou "moi je sais tout" et elle a sans doute entendu ses parents mal parler du père d'Elouan qui a quitté le clan, par amour, certes, mais eux ne le voyaient pas d'un bon oeil, même si ça se passait bien en général avec le reste du clan x)

Mmmh... Sa peur des volatiles vient d'un accident. A l'origine, son cheval s'est emballé à cause d'un vol de corbeau et elle a fini dans un lac alors qu'elle savait à peine nager mais je pense que ça va plus tout à fait être ça ici, même si le vol de corbeau - ou approchant - sera impliqué... Peut-être qu'elle a pu être percutée par ton troupeau (enfin celui de ton père à l'époque et pas l'ensemble non plus sinon elle serait morte x)) ? Y a rien eu de vraiment grave, juste une très grosse trouille et quelques bosses et bleus, mais elle a la rancune tenace et elle en voudrait à ta famille (alors qu'ils ont rien demandé à ces piafs quoi xD) pour... rien en fait.

Ah ah pour peu que ta fille vienne en mode "je veux tout apprendre sur les plantes les pierres et tout" et qu'elle la prenne à moitié comme apprentie exprès pour te faire chier, y a pas loin, ouais xD


DERRIÈRE L’ÉCRAN

Je m'appelle Ewa/Cookie et j'ai encore plus dépassé la date de péremption. Vous pouvez donc vous en douter, je suis une fille. J'ai connu le forum grâce à Kyara à la base, mais il s'agit à présent d'un double compte et je le trouve génial, toujours, pas pour rien que mamie rempile.


Mon personnage est un inventé et je ne vous autorise pas à en faire un scénario si mon compte se retrouve supprimé (on pourrait en reparler, mais on n'est pas pressé, j'ai pas l'intention de partir xD).







Erin Kathaleen Tirsenin
Let the fire burn the ice
Revenir en haut Aller en bas
 

Erin shore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Erin Hunter - Retour à l'état sauvage - La guerre des clans T1
» La guerre des clans - Erin Hunter
» Erin's lament : la complainte de l'Irlande
» LA QUETE D'ETOILE DE FEU de Erin Hunter
» Collection des pères Noël Jim Shore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fiona's Laboratory :: RP&co :: London Calling :: Kate :: Kathaleen - à reprendre-