Partagez | .
 

 Fiche UC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Directrice ♠Directrice ♠
Nombre de messages : 573
Date d'inscription : 07/01/2008
Voir le profil de l'utilisateur http://fionaslab.forum-actif.net
RPG
La historia de me vida:
Lo que tengo que hacer:

MessageSujet: Fiche UC   Sam 27 Jan 2018 - 14:01

Ines Czerwonka feat Emmy Rossum
will you be able to catch the leprechaun ? he's waiting for you.

identité : Ines Krystyna Czerwonka.

naissance : Ecrire ici la date dans un petit village côtier près de Barcelone, en Catalogne, en Espagne. ━ 29 ans.

origines : Espagnoles et polonaises. Elle se dit Catalane, avant d’être Espagnole, comme beaucoup de gens dans sa région, d’ailleurs. Elle est fière d'être polonaise (et de boire comme tel) et n'hésite pas à mettre en avant ses origines slaves autant que celles, plus visibles, en provenance de la méditerranée. Et elle parle espagnol, catalan, polonais et anglais avec un accent hispanique qu’on dit parfois « charmant ».

statut : Mère célibataire, elle ne fait pas vraiment de différenciation entre les hommes et les femmes, mais ne se pose même plus vraiment la question : la présence de son fils limite les rencontres de toutes les manières, et il passe avant tout.

occupation : ($$$$$$), elle a un salaire correct, mais élever seule un enfant ne permet que rarement de faire beaucoup de folies...

situation familiale : Cadette d’une famille de six enfants, elle n’a que des frères, ce qui est à la fois un avantage, et un inconvénient, surtout quand on est la petite dernière. Les jumeaux Esteban et Enrique, Armando, Marco et Julian adorent leur petite sœur, et ont toujours joué les grands frères protecteurs en même temps que les tortionnaires avec elle. Un peu étouffée par leur sempiternelle présence auprès d’elle durant son enfance (on ne touchait pas à leur petite sœur, sinon attention, danger), ils sont sans doute une des raisons de son départ pour les îles britanniques, même si elle les aime profondément : elle avait besoin de respirer, de vivre par elle-même plutôt que dans leur ombre.
Bien qu'incapable d'enfanter par elle-même, elle est maman d'un petit garçon de quinze mois dont une future maman qu'elle a accouchée, trop jeune pour l'élever, lui a abandonné la garde.

arrivée à dublin : Il y a dix ans, pour ses études, et elle n'a plus vraiment l'intention d'en repartir, si ce n'est pour quelques séjours "retour aux sources" à Barcelone.
Eastern Cookie Ewa Mamie France inventé Merci Dexter <3

#keyword #keyword #keyword
#keyword #keyword #keyword
nom du groupe Caractère
Qu’on ne s’y trompe pas. Inès est une jeune femme douce et avenante, au sourire charmant et qui n’aime pas spécialement se mettre en avant, mais qui ne supporte pas qu’on la rabaisse. Cela peut sembler paradoxal, mais c’est sans doute l’héritage de son éducation, car elle déteste qu’on la relègue au rang de « frêle jeune fille » et est incapable de refuser un défi, pour prouver sa valeur. Ni naïve, ni trouillarde, lorsqu’elle a décidé quelque chose, il est bien difficile, voire impossible, de lui faire changer d’avis : Déterminée et têtue comme une mule, elle ira jusqu’au bout de son entreprise, quitte à y laisser des plumes. Pourtant, elle n’ira pas d’elle-même sous les projecteurs, et a plutôt tendance à écouter qu’à lancer la conversation. C’est d’ailleurs une oreille attentive et réconfortante, et bien souvent, les gens viennent la trouver pour lui raconter leurs malheurs, ce qui s’est développé avec l’apprentissage de son métier.

Physique
1m61, 51kg, 85-65-92, sa mère et ses grands-mères ne cessaient de répéter qu’elle avait les hanches larges, qu’elle ferait de beaux enfants, plus tard. Sauf qu’elle n’aura jamais d’autre enfant que Tonino : une malformation congénitale la prive d’utérus, l’empêchant à jamais d’enfanter. Parfois, lui a-t-on dit à l’hôpital, il n’y a que la moitié de l’utérus qui ne se développe pas. Parfois, mais pas pour elle. Petite brunette aux grands yeux noirs, elle porte un soin tout particulier à sa chevelure bouclée qui lui tombe dans le dos jusqu’aux hanches. Plus endurante que sa petite carrure ne le laisse présager, elle peut remercier ses frères et leurs jeux trop brusques ainsi que ses parents et leur éducation stricte pour sa capacité à encaisser les coups, au sens propre comme au figuré d’ailleurs.

Quel est ton mythe irlandais favori ?Merci de répondre à cette question en un minimum de six lignes.
Dublin est-il ton home sweet home ?Merci de répondre à cette question en un minimum de six lignes.
(un)I. J'aime la musique, ça a toujours été. Avec Anastasie, on en a passé, des heures, elle à la flûte, moi au chant, avec Maman qui nous accompagnait au piano. Malheureusement, je dois bien me rendre à l'évidence : la musique, elle, ne m'aime pas. Je ne l'admettrai pas à voix haute, mais je me rends bien compte que ma voix ne ressemble pas à la mélodie cristalline qui s'échappe des lèvres de Cendrillon. Ca ne m'empêche pas de chanter dans mon coin, chez moi, dans la salle de bains, notamment, mais... Bon, j'évite de le faire en public à présent. Peut-être que je finirai par prendre des cours, qui sait ? Si j'arrive à passer outre le fait que ça implique d'avouer à voix haute que je suis mauvaise, et de demander de l'aide... II. J'adore les chats. Ca a toujours été, je craque complètement sur ces frimousses espiègles, ces boules de poils ronronnantes. Je passais tout à Lucifer, ce n'était pas pour rien. Ici, je serais franchement capable de recueillir tous les minous abandonnés du quartier, sans le moindre scrupule. Qu'ils envahissent ma demeure ne me pose aucun problème, même si j'imagine que tout le monde ne voit pas ça de la même manière. Tant pis, je finirai vieille fille entourée de cinquante matous. Il vaut mieux être que seule que mal accompagnée, dit-on, et pour l'instant, de bonne compagnie, je n'en ai pas tellement... III. En revanche, j'ai une sainte horreur des souris. Et de tout ce qui y ressemble. N'essayez même pas d'approcher un loir, un mulot, un hamster ou quoi que ce soit du genre, je ne les supporte pas. Rien de tel pour m'entendre hurler - gare à vos oreilles, donc - et déguerpir en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. IV. Je n'ai aucune envie de retourner dans notre ancien monde. Mais alors, absolument aucune. Là-bas, on était la risée de la cour. Et si Mère croit qu'on peut revenir là-dessus et redorer notre blason, moi, je suis certaine que non. Le déshonneur, il ne se rachète pas comme ça. Ici, en revanche, c'est tout nouveau, personne ne connaît notre histoire et je n'ai aucune intention de la dévoiler. Et puis... Et puis regardez-moi. Ce nouveau corps, il n'a pas grand chose de comparable avec l'ancien. Je n'avais aucun problème à m'accepter là-bas, mais il faut dire ce qui est : ici, les regards sur moi sont complètement différents. Et c'est autrement plus agréable, vraiment. Alors non, clairement, je n'ai pas la moindre envie de repartir. V. Ca n'empêche, en revanche, que je n'ai jamais... vraiment été avec quelqu'un. Déjà, parce que je n'ai pas envie de m'encombrer d'un homme qui chercherait à diriger ma vie, je ne partage pas le rêve d'amour de ma soeur et de Cendrillon. Tant mieux pour elles si elles sont heureuses avec leurs amants, mais je suis très bien sans chaperon. Je ne dis pas que je ne tomberai jamais amoureuse, à vrai dire, je ne sais pas ce que c'est, mais pour l'heure, ça n'est absolument pas une priorité. Et si je suis bien partie pour profiter de l'avantage que mon corps actuel me procure, ça reste superficiel. Non messieurs, je ne vais pas vous accompagner dans vos chambres... Mais s'il vous plaît de m'offrir des présents, je ne vais pas les refuser non plus... VI. J'ai toujours aimé le vert, et le bleu. Je n'en porte peut-être plus autant qu'avant, quoi que je me débrouille toujours pour garder un accessoire, un bijou, un ruban ou autre, d'une de ces deux couleurs sur moi, mais c'est toujours les coloris qui obtiennent en premier lieu mon adhésion. D'ailleurs, mes appartements sont décorés dans ces teintes, associées à des teintes taupe, chocolat ou gris. VII. C'est sans doute d'ailleurs ce que je pourrais faire de ma vie, si j'en avais l'idée : décorer l'intérieur des demeures de chacun. Ca m'a semblé tout naturel, chez moi, et aménager le lieu où j'allais vivre a été une pure partie de plaisir. Rien n'est laissé au détail, quitte à devoir demander certaines choses à des professionnels pour avoir quelque chose sur mesure. Je ne me rends juste pas parfaitement compte que c'est une carrière envisageable et difficile d'obtenir ce genre de conseil quand on n'a pas d'ami, et que personne ne vient voir le travail accompli. VIII. Lorsque je suis angoissée, ou intimidée (oui ça arrive), je ne peux pas m'empêcher d'entortiller mes doigts nerveusement. Un signe qui me vend à coup sûr... Mais je ne suis pas toujours vraiment nerveuse lorsque je ponds des mensonges éhontés pour m'en sortir : tout dépends de la situation, en réalité. IX. Je suis terriblement gourmande. J'aime la bonne nourriture, il faut dire que j'ai été habituée par le passé aux bons produits, et à l'abondance, mais je craque plus encore sur les gâteaux, chocolats et autres sucreries. Je fais cependant un minimum attention à la quantité de douceurs que j'ingurgite, ici, de peur de perdre la silhouette presque parfaite de mon superbe corps actuel. X. Si j'ai un regret, c'est sans doute d'avoir vendu ma soeur à Mère, dans l'autre monde. J'ai peur qu'elle m'en veuille encore, que, quelque part, elle finisse par ne pas vouloir me retrouver à cause de ça. Et c'est la seule personne à laquelle je pense encore pouvoir me raccrocher aujourd'hui, l'idée de la perdre me terrifie. (deux) Tics, manies, anecdotes. (trois) Tics, manies, anecdotes. (quatre) Tics, manies, anecdotes. (cinq) Tics, manies, anecdotes. (six) Tics, manies, anecdotes. (sept) Tics, manies, anecdotes. (huit) Tics, manies, anecdotes. (neuf) Tics, manies, anecdotes. (dix) Tics, manies, anecdotes.
my crazy lifestyle
#keyword #keyword #keyword
„ Never be ashamed of who you are “





Dernière édition par Fiona - Admin le Dim 4 Fév 2018 - 19:51, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Directrice ♠Directrice ♠
Nombre de messages : 573
Date d'inscription : 07/01/2008
Voir le profil de l'utilisateur http://fionaslab.forum-actif.net
RPG
La historia de me vida:
Lo que tengo que hacer:

MessageSujet: Re: Fiche UC   Sam 27 Jan 2018 - 14:01

A beautiful Story
Pour modifier la largeur de l'image, tu peux modifier le width="80" et si tu préfères l'image à droite, il te suffit de remplir le class="gauche" par class="droite".


De son enfance près de la mer, elle garde un amour profond du bruit des vagues, et de l’odeur iodée des ondes maritimes. Elle ne compte plus les fois où elle s’est vue punir pour être rentrée trop tard, pour être restée sur la plage à regarder le soleil se coucher. Enfant pourtant docile, elle dirait ne pas avoir grand-chose à raconter sur cette période de sa vie. Il y avait ses parents, il y avait ses grands frères, et il y avait la mer, c’était tout. Ou presque, parce que suite à des problèmes de santé récurrents, elle a subi une échographie qui a révélé l’absence d’utérus, en même temps que les calculs rénaux qui ont alors été soignés.

Ensuite il y a eu l’internat. Parce que ses études, elle ne pouvait pas les poursuivre au village, et elle a dû les suivre à la ville, à Barcelone, la grande ville côtière, avoisinante. Il s’agit là d’une période de sa vie qu’elle affectionne particulièrement. Parce qu’elle n’avait pas toujours les garçons autour d’elle rien que parce que les chambres des garçons et des filles n’étaient pas dans le même bâtiment, mais aussi parce qu’elle ne suivait pas le même cursus, et même si elle suppose qu’ils ont dû mettre en garde leurs copains, leur intrusion dans sa vie s’est alors amoindrie, et elle a appris à vivre dans sa propre lumière, loin de leur ombre. Et elle s’est découvert deux passions : la médecine – après une année en médecine, elle a choisi de poursuivre des études pour être sage-femme – et le chant – elle faisait partie de la chorale du lycée. Par la suite, c’est en Ecosse que se sont déroulées ses études supérieures et sa spécialisation de sage-femme, pour pouvoir assister celles qui pouvaient, elles, avoir des enfants, grâce à une bourse d’études sans laquelle elle n’eût pas pu partir.

Et c’est en Ecosse qu’elle a rencontré Breannan. Il voulait être médecin. Il était beau, avec un adorable sourire qui lui creusait deux petites fossettes sur les joues. Et ils étaient amoureux. Rien que pour lui, Glasgow était une ville magnifique. Et puis elle a commencé à être itinérante, prodiguant ses soins un peu partout plus au nord, pour se rapprocher de la mer. Et Breannan la suivit. Il n’était pas médecin, mais s'était reconverti dans l’infirmerie, et il s’en fichait : c'était avec elle qu’il voulait vivre, et il s’installèrent dans une petite maison au bord de la mer,dont Inès gardera toujours un souvenir nostalgique. Combien de fois s’était elle assise sur cette terrasse, une tasse de café au lait fumante entre les mains pour juste regarder la houle et sentir son parfum iodé ? Elle serait bien incapable de le dire.

Et puis il y a eu l’événement qui a sonné le glas de cette petite vie si parfaite. Trop parfaite, sans doute. Un des voisins leur avait amené une petite blondinette qui n’avait pas pu prononcer un seul mot, enceinte jusqu’aux yeux. Breannan avait voulu l’emmener à l’hôpital, mais le travail avait déjà commencé, et Inès avait aidé cette inconnue à mettre au monde un petit garçon aux grands yeux sombres. Dès le lendemain, la blonde avait disparu, leur laissant seulement un mot signé du nom d’Anwen Almeida et qui leur confiait l’enfant, Tonino Almeida.

Et c’est là que tout dérapa. Breannan ne voulait pas reconnaître l’enfant comme sien, Inès souhaitait l’élever, pour cette Anwen autant que pour elle-même qui ne pourrait jamais enfanter. De dispute en dispute, le couple se déchira, et quand Inès reconnut officiellement Tonino comme son fils, Breannan la quitta. Elle garde un souvenir amer de cette rupture, mais si c’était à refaire, elle referait exactement la même chose : Tonino serait à jamais le seul enfant qu’elle pourrait avoir, elle ne pouvait simplement pas changer ça.

Elle s’exila alors plus au sud, à Kildrummy, et commença à être connue pour les soins qu’elle prodiguait autant comme infirmière que sage-femme. S’ils avaient été réticents au départ de voir débarquer cette femme seule affublée d’un enfant bizarre aux mains palmées, les services rendus, et l’habitude de voir passer des gens étranges qui ne restent jamais bien longtemps dans le coin lui valurent finalement la sympathie des habitants de la ville. Des habitudes s’installèrent, aussi bien entre la jeune femme et son "fils" qui ne connut finalement qu'elle et la considère comme sa vraie mère, qu'avec les habitants de la ville. Tous les matins, par exemple, depuis deux ans, avant ses tournées de malades, elle venait prendre son café au lait à l’auberge. Au fil de la discussion, elle évoqua son fils, qu’ils n’avaient pas été si surpris que ça de voir, malgré ses mains étranges. « On en a vus d’autres », lui a-t-on dit, ce jour-là, avant de lui sortir le registre sur lequel tous ceux qui étaient passés par l’auberge étaient inscrits.

Un nom attira aussitôt son attention. Tony Almeida. Ca ne pouvait pas être une coïncidence, n’est-ce pas ? Un drôle de sentiment au cœur, elle demanda ce que faisaient tous ces gens de passage, ce à quoi on lui répondit qu’ils cherchaient tous des Brumes plus étranges qu’eux encore. Il ne lui fallut pas bien longtemps pour se décider, et, Tonino trottinant à ses côtés, ou réclamant parfois ses bras, elle avait, elle aussi, cherché les « Brumes du néant ».


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Directrice ♠Directrice ♠
Nombre de messages : 573
Date d'inscription : 07/01/2008
Voir le profil de l'utilisateur http://fionaslab.forum-actif.net
RPG
La historia de me vida:
Lo que tengo que hacer:

MessageSujet: Re: Fiche UC   Sam 27 Jan 2018 - 19:16

A comme Artiste
On ne dirait pas comme ça, d'autant moins que mon cursus scolaire médical ne le laisse pas présager. Pourtant je le suis, au fond de moi, et si on s'attarde un peu sur ma façon de m'apprêter, on s'en rend quelque peu compte.

B comme Bébé
Donner la vie, voir un enfant venir au monde, compter les premières minutes de sa vie... Ca m'a toujours fascinée. Je n'ai jamais pu faire autrement qu'être attendrie devant les tous petits bouts d'hommes qui me tombaient sous les yeux, et rien au monde ne me détournerait de ma vocation. Pas même mon goût pour la photo de mode.

C comme Coquelicot
.

D comme Décoration
Une marotte, il paraît. Pourtant, je trouve que ça va avec le reste., avec ma "collectionnite aiguë" dont on me dit atteinte et qui me pousse à chiner mille choses... pour moi, décorer un intérieur, ou l'aspect extérieur d'une personne par sa toilette, saisir un instant de grâce sur une pellicule... tout ça, ce n'est pas si différent.

E comme Émerveillement
Comme un enfant, je suis capable d'avoir des étoiles dans les yeux devant des choses qui peuvent sembler insignifiantes pour les autres, voire repoussantes même, parfois. Il faut croire que j'ai cette capacité à voir le beau et le bon dans chaque chose et en chacun... parfois à mes dépends quand ça occulte les ténèbres pourtant aveuglantes...

F comme Farouche

G comme Gosse
Une vraie gosse, c'est ce qu'on dit de moi. Pas étonnant que je travaille aussi avec eux. Parce qu'en dehors d'aider à donner la vie, je donne aussi des cours - si on peut appeler ça comme ça - au centre de loisirs de la ville. Je considère plutôt ça comme de l'animation d'ateliers créatifs, des séances de création commune, même, parce que j'ai pas grand chose d'un professeur...

H comme Hippocampe
C'est peut-être étrange, mais... c'est mon animal de compagnie. Lui, et quelques poissons dans un autre aquarium dans mon salon, mais c'est avec lui que j'ai le sentiment d'avoir le plus d'affinités. C'est mon petit chouchou, et je lui raconte ma vie tous les jours, quand je rentre de l'hôpital, ou d'une session avec les enfants...

I comme Incendie
Ce dont j'ai sans doute le plus peur : le feu. Me retrouver coincée au milieu d'un incendie. Rien que d'y penser, j'en ai des sueurs froides. Je crois que je serais tellement tétanisée par la peur que je ne serais même pas capable d'essayer de m'en sortir. Autant dire que je ne suis pas une grande fan des feux de cheminées ou de joie non plus...

J comme Jumeaux
Mes deux frères aînés, de véritables terreurs... et qui ont bien joué de leur gémellité, autant avec moi qu'avec nos parents et le reste du monde. Il se pourrait qu'un jour je donne naissance à des jumeaux à mon tour. A vrai dire, je me suis posé la question quand j'ai donné naissance à Isaac. Mais ça n'est pas le cas, et à vrai dire, j'en suis finalement plutôt soulagée...

K comme K
.

L comme L
.

M comme Maman
Dans mon coeur, dans mon âme, dans chaque fibre de mon corps, je suis maman avant tout. Mon fils est tout pour moi, et je crois que rien ni personne ne pourra jamais se mettre entre nous. Pas même son père.

N comme Natation
.

O comme O
.

P comme Perle
Ma favorite en joaillerie. Sans doute l'ornement qui se retrouve le plus dans mes créations. Un peu partout, même. J'en colle sur les oeuvres plastiques, j'en couds sur mes vêtements, j'en ai partout chez moi, sur les lampes, les miroirs, mes bijoux...

Q comme Quiche
Le seul truc mangeable que j'arrive à préparer, parce que je suis définitivement une quiche - ah ah - en cuisine. Me demandez pas de truc compliqué, je suis incapable de le préparer. A part pour ça et des salades qui ne demandent - ouf - pas de cuisson, c'est pas la peine de demander d'aider en cuisine.

R comme Rouge
J'en ai toujours sur moi, au moins un détail, n'importe quoi. Et c'est comme si je manquais d'énergie si par malheur ça n'était pas le cas.

S comme Sensibilité
Sensibilité artistique, certes, mais émotionnelle aussi. Tout ce que je ressens se voit sur mon visage. Pas étonnant, donc, comme mon rire soit communicatif, et qu'on lise dans mes yeux quand quelque chose me perturbe, me blesse, ou me met mal à l'aise. Je ne sais pas mentir, j'ai plutôt tendance à fuir si je dois garder un secret, parce que ça aussi, ça se lit sur mon visage, ça doit même s'entendre dans le ton de ma voix.

T comme Tatouage
J'en ai deux qui n'ont rien de surprenant quand on me connait un peu, sur chacun de mes poignets. Un coquelicot étale ses pétales sur le droit, au-dessus d'une fleur moderniste si chère à Barcelone. Et un hippocampe tout de turquoise vêtu se cache sous mon poignet gauche.

U comme U
.

V comme V
.

W comme W
.

X comme Xipho(phore)
Mes animaux de compagnie, avec mon hippocampe, et l'origine de mon nom d'artiste, si je peux dire. Le Xiphophore est aussi appelé Xipho. Et c'est pas son vrai pluriel, mais ça aurait pu donner un truc comme Xiphi... Xi - Phi. Comme les lettres grecques. Oui bon ce sont sans doute les élucubrations de mon cerveau un peu bizarre parfois. N'empêche que pour le coup, c'est comme ça que je signe mes photos : Ξ Φ. Même si j'ai rien de grec non plus, faut pas chercher. Mais c'est pratique, alors voilà...

Y comme Yoga
Il paraît que c'est bon pour le corps autant que l'esprit, alors j'en fais parfois. Enfin ça me fait plus rire qu'autre chose, j'ai surtout tendance à y aller pour aller discuter avec les personnes âgées qui viennent entretenir leur forme.

Z comme Z
.



http://eck.graph.free.fr/foraddict/gifs/Emmy_Rossum/chris_fharrival.gif
http://eck.graph.free.fr/foraddict/gifs/Emmy_Rossum/chris_fhdifferent.gif
http://media.tumblr.com/tumblr_m8evcnnHWX1r6hxuw.gif


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Directrice ♠Directrice ♠
Nombre de messages : 573
Date d'inscription : 07/01/2008
Voir le profil de l'utilisateur http://fionaslab.forum-actif.net
RPG
La historia de me vida:
Lo que tengo que hacer:

MessageSujet: Re: Fiche UC   Sam 10 Fév 2018 - 22:41

Ines Czerwonka
feat. Zooey Deschanel

Nom Czerwonka. Prénom(s) Ines Krystyna. Âge 34 ans. Naissance 20.01.1984, dans un petit village côtier près de Barcelone, en Catalogne, en Espagne. Nationalité Catalane Espagnole. Origines Catalanes Espagnoles et polonaises. Elle se dit Catalane, avant d’être Espagnole, comme beaucoup de gens dans sa région, d’ailleurs. Elle est fière d'être polonaise (et de boire comme tel) et n'hésite pas à mettre en avant ses origines slaves autant que celles en provenance de la méditerranée. Et elle parle espagnol, catalan, polonais, et également anglais avec un accent hispanique qu’on dit parfois « charmant ». Statut civil Mère célibataire. Orientation sexuelle Elle ne fait pas vraiment de différenciation entre les hommes et les femmes, mais ne se pose même plus vraiment la question : la présence de son fils limite les rencontres de toutes les manières, et il passe avant tout. Occupation Sage-femme. Argent Disons qu'elle est dans la classe moyenne. Elle a un salaire correct, mais élever seule un enfant ne permet que rarement de faire beaucoup de folies... Groupe Carpe Diem. The Fortune Teller Mon fils, tout mais pas lui. (©️️ECK)
Qu’on ne s’y trompe pas. Ines est une jeune femme douce et avenante, au sourire charmant et qui n’aime pas spécialement se mettre en avant, mais qui ne supporte pas non plus qu’on la rabaisse. Cela peut sembler paradoxal, mais c’est sans doute l’héritage de son éducation, car elle déteste qu’on la relègue au rang de « frêle jeune fille » et est incapable de refuser un défi, pour prouver sa valeur. Ni naïve, ni trouillarde, lorsqu’elle a décidé quelque chose, il est bien difficile, voire impossible, de lui faire changer d’avis : Déterminée et têtue comme une mule, elle ira jusqu’au bout de son entreprise, quitte à y laisser des plumes. Pourtant, elle n’ira pas d’elle-même sous les projecteurs, et a plutôt tendance à écouter qu’à lancer la conversation. C’est d’ailleurs une oreille attentive et réconfortante, et bien souvent, les gens viennent la trouver pour lui raconter leurs malheurs, ce qui s’est développé avec l’apprentissage de son métier. Elle n'est pas pour autant obsédée par le contrôle, bien loin de là, et profite, surtout, de la vie et de ce que celle-ci a pu lui offrir. Un pluralisme culturel dont elle est fière, un caractère bien trempé, une famille aimante bien qu'un peu envahissante parfois, un travail qui la passionne comme au premier jour, un merveilleux fils qui ne cesse de l'émerveiller... Elle prend ce qu'il y a à prendre, quand ça se présente.

Mon fils, ma bataille

Partie anecdotes : 01. Cadette d’une famille de six enfants, elle n’a que des frères, ce qui est à la fois un avantage, et un inconvénient, surtout quand on est la petite dernière. Les jumeaux Esteban et Enrique, Armando, Marco et Julian adorent leur petite sœur, et ont toujours joué les grands frères protecteurs en même temps que les tortionnaires avec elle. Un peu étouffée par leur sempiternelle présence auprès d’elle durant son enfance (on ne touchait pas à leur petite sœur, sinon attention, danger), ils sont sans doute une des raisons de son départ pour les îles australes, même si elle les aime profondément : elle avait besoin de respirer, de vivre par elle-même plutôt que dans leur ombre. 02. Bien qu'incapable d'enfanter par elle-même, elle est maman d'un petit garçon de quinze mois dont une future maman qu'elle a accouchée, trop jeune pour l'élever, lui a abandonné la garde. 03. Elle est arrivée en Nouvelle-Zélande il y a seize ans, pour ses études, et elle n'a plus vraiment l'intention d'en repartir, si ce n'est pour quelques séjours "retour aux sources" à Barcelone. Ca n'empêche qu'il y a toujours un petit accent dans son élocution, dont elle n'a pas vraiment envie de se débarrasser. 04. Elle a l'air fragile, comme ça. D'être une toute petite chose, une poupée de porcelaine, avec son teint pâle et ses grands yeux clairs. Il faut dire que son petit mètre cinquante sept n'aide pas à lui donner l'air imposant. Il ne faut pas se fier aux apparences, pourtant : Ines est bien plus endurante que sa petite carrure ne le laisse présager, elle peut remercier ses frères et leurs jeux trop brusques ainsi que ses parents et leur éducation stricte pour sa capacité à encaisser les coups, au sens propre comme au figuré d’ailleurs. 05. Sa mère et ses grands-mères ne cessaient de répéter qu’elle avait les hanches larges, qu’elle ferait de beaux enfants, plus tard. Sauf qu’elle n’aura jamais d’autre enfant que Luka : une malformation congénitale la prive d’utérus, l’empêchant à jamais d’enfanter. Parfois, lui a-t-on dit à l’hôpital, il n’y a que la moitié de l’utérus qui ne se développe pas. Parfois, mais pas pour elle. 06. Elle aime la musique, ça a toujours été. Petite, elle a un peu tout essayé. Aujourd'hui, elle ne joue de rien, ne chante que sous la douche, mais la musique résonne tout de même en permanence dans son appartement ou ses écouteurs. Quelle qu'elle soit. Opéra, bon vieux rock anglais, métal ou variété internationale et populaire, tout ou presque y passe... 07. Elle est terriblement gourmande. Elle aime la bonne nourriture, particulièrement familiale, mais craque plus encore sur les gâteaux, chocolats et autres sucreries. 08. De son enfance près de la mer, elle garde un amour profond du bruit des vagues, et de l’odeur iodée des ondes maritimes. Elle ne compte plus les fois où elle s’est vue punir pour être rentrée trop tard, pour être restée sur la plage à regarder le soleil se coucher, ni les matins où elle a pris son café sur la terrasse de cette maison qu'elle a partagée avec Breannan, pendant plusieurs années. Aujourd'hui encore, elle n'est jamais aussi radieuse que lorsqu'elle emmène son fils marcher sur la plage, ou après avoir effectué nombre de longueurs dans l'eau. 09. Elle aurait pu se marier, finir sa vie avec lui. Il était infirmier, ils s'aimaient... mais il n'a pas accepté qu'elle veuille adopter cet enfant qui n'était pas le leur, qui n'était lié à elle que parce qu'elle avait aidé sa mère biologique à le mettre au monde. Elle n'a pas écouté, elle ne pouvait pas accepter qu'il lui refuse sa seule chance d'être mère un jour. De dispute en dispute, le couple a volé en éclat, et Ines a obtenu la garde de Luka, seule. 10. Le coquelicot est sa fleur favorite, tout comme le rouge est sa couleur. Elle porte éternellement un élément de cette teinte, dans sa tenue, ses accessoires, son maquillage... et a fait tatouer cet emblème végétal qu'elle associe à la Pologne sur son poignet gauche, au-dessus d'une fleur moderniste si chère à Barcelone. 11. Elle a tendance à collectionner beaucoup de choses, particulièrement les vieux vinyles, qu'elle peut passer des heures à chiner. Son bureau renferme des étagères remplies d'oeuvres d'artistes divers, qu'elle écoute avec le plus grand des plaisirs... et qui font danser son fils. 12. C'est peut-être étrange, mais son animal de compagnie est un hippocampe. Sans qu'elle puisse expliquer pourquoi, c'est un animal qui l'a toujours fascinée, et auquel elle se sent une affinité toute particulière. Elle l'a d'ailleurs fait tatouer sur son autre poignet. Lui, et quelques poissons dans un autre aquarium de son salon - des xiphophores principalement -, sont ceux à qui elle raconte sa vie tous les jours, quand elle rentre de l'hôpital, ou de chez la nounou... Et ... leur parle dans son langage, lui aussi, à longueur de journée. 13. Outre la natation qui reste son sport favori, autant en pratique que derrière son écran, Ines regarde le catch, même pas en cachette. Et il vaut mieux ne pas critiquer ses chouchous, sous peine de s'attirer ses foudres... 14. Elle boit... Comme une polonaise... Quand elle sait pouvoir laisser son fils à la garde de quelqu'un de sobre, évidemment. Il n'empêche que son endurance est largement supérieure à la moyenne, et à ce que sa carrure laisserait présager. C'est cependant un luxe qu'elle ne peut s'offrir que lorsqu'une bonne âme prend en charge Luka... mais elle ne se fait pas prier lorsque l'occasion se présente ! 15.

Pseudo/Prénom ECK, Cookie, Mamie... Âge Mamie. On demande pas son âge à une dame, d'abord. Pays France. Connexion Tous les jours, mais je rp aussi vite qu'une monstre de 15 mois peut me laisser faire. Où as-tu connu le forum ? Thx @"Lawrence Te Kooti" @"William Lowinski" @"Gabriel Lowinski". Personnage inventé mais bon, disons que les miss de la question d'avant sont pas étrangères à la création d'Ines. Dernière bafouille C'est mon ultime bafouille.
Code:
<busy>Avatar</busy> / réservé(e) jusqu'au 00/00




Dernière édition par Fiona - Admin le Dim 11 Fév 2018 - 1:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Directrice ♠Directrice ♠
Nombre de messages : 573
Date d'inscription : 07/01/2008
Voir le profil de l'utilisateur http://fionaslab.forum-actif.net
RPG
La historia de me vida:
Lo que tengo que hacer:

MessageSujet: Re: Fiche UC   Sam 10 Fév 2018 - 22:41



Citation blablbalbalbalbalbal raisins abricots secs miam

Partie histoire : que tu aies développé la partie anecdotes et tout ou pas, tu peux toujours écrire l'histoire de ton personnage si ça te tente! Sous la forme d'une narration, d'un journal intime, de lettres, tout est permis. Cependant si tu ne rédiges pas la partie anecdotes, on te demandera de développer d'avantage l'histoire de ton personnage afin de mieux le cerner. Tu peux complètement personnaliser cette partie-là, tu peux changer les images ou les retirer, en rajouter, mettre des citations partout, écrire autant que tu en as envie. Have fun!


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Fiche UC   

Revenir en haut Aller en bas
 

Fiche UC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fiche technique de l'album avec le kit d'octobre de la Fée
» Comment faire une fiche de lecture
» Fiche de données de sécurité - Ethanol pur
» fiche technique du kit de novembre de la Fée par Cathyscrap85
» Fiche de présentation magazine à respecter !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fiona's Laboratory :: RP&co :: The Great Perhaps :: Ines-