Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | .
 

 AA ♦ I wanna play rock music ♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nombre de messages : 434
Date d'inscription : 12/02/2014
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: AA ♦ I wanna play rock music ♪   Lun 3 Déc 2018 - 22:25

"Ouais, la dernière fois..."

Non, ça n'a pas vraiment d'importance. Ce qui en a, c'est cette détresse dans son regard lorsqu'il évoque le groupe qu'il a laissé derrière lui, à Londres. C'est les sous-entendus sur sa condition, tout à l'heure au bar, qui pèsent sur ses frêles épaules. C'est cette compréhension muette de la douleur de l'autre, entre eux, qui se passe de mot, d'explication et qui empli la pièce autour d'eux. Ici, c'est comme si une bulle les enveloppait, comme si tout devenait familier, naturel, alors qu'il n'en est rien.

Même si leurs verres sont vides, à présent, et que l'alcool y était sans doute pour quelque chose. Andy est conscient qu'il a éclusé plus de verres que son hôte, et lui refile les dernières gorgées de scotch au fond du sien, tout en observant l'autre, penché en arrière sur son divan.

Et voilà qu'il croise à nouveau ces prunelles olive, mais qui brillent à présent d'une lueur qu'il ne lui connaissait pas encore. En un instant, le visage d'Alastair s'est trouvé transfiguré, et le polonais découvre l'espièglerie dans le sourire de l'anglais. C'est un môme prêt à faire une connerie qu'il voit face à lui. C'est l'ado qui brave l'interdit. Celui qu'il n'a jamais été, lui-même. Il n'a jamais pu avoir ce luxe, et il l'envie.

"Attends, je reviens..."

Il fronce légèrement les sourcils, intrigué, amusé presque. Et moins encore qu'auparavant, il ne souhaite partir. Seul dans la petite pièce, il jette encore un regard circulaire à l'endroit, s'attarde encore sur cette affiche et secoue la tête en imaginant le déchirement de devoir les quitter. Il ne pourrait pas se séparer de Nick et des autres sans y laisser des plumes lui-même, il le sait.

Est-ce une porte qu'il entend grincer en bas ? Il n'en est pas certain. Sans qu'il ne s'en rende véritablement compte, la curiosité et une pointe d'excitation le gagnent. Qu'est-il donc parti faire, l'anglais ? Il est prêt à se lever, quand les pas précipités du britannique se rapprochent de l'autre côté de la porte et le voilà qui reparaît, l'air triomphant... une bouteille de gin à la main... et un bichon sous le bras. Un sourire étire les lèvres du slave.

" C'était vendu en lot ?"

Le gin et le chien, package spécial pour la soirée. Il regarde l'autre menacer la bête avec un air sans doute un peu trop attendri. L'aurait-il imaginé ainsi s'il n'en avait pas été témoin ? Sans doute que non.

"Pisse pas sur la moquette..."

Andrzej garde le regard fixé sur le chien et les mains du pianiste emmêlées dans les boucles blondes du bichon.

"Il faut juste en laisser un peu, okay ? Juste un peu. Sers-toi, je t'en prie."

Il hoche la tête, le polonais, et s'exécute après avoir vidé le trait de whisky délaissé par son hôte un peu plus tôt. Et puis sa langue se délie un peu, comme l'alcool le pousse visiblement à davantage de confidences qu'à l'ordinaire, et il raconte l'histoire de ce violon, disparu depuis longtemps. Il aurait aimé en frotter encore les cordes quelques fois. Mais il y a bien des années qu'il s'est volatilisé et il ne peut clairement pas se payer le luxe de faire l'acquisition d'un autre modèle.

"Et puis quoi ? Ils l'ont brisé ? ... Vraiment ?
- Je ne sais pas. Ils ont toujours dit que non, qu'après ce jour-là, il a été introuvable, ce violon. Peut-être qu'ils ont occulté. Ou peut-être que mon père a fini par le donner à quelqu'un de la paroisse. Ou que ma mère l'a vendu pour arrondir une fin de mois. Va savoir...
- Bordel... T'as combien de frères et soeurs comme ça ? .... étripés.
- Six. Enfin non... Cinq. J'ai pas souvenir d'avoir jamais voulu les voir disparaître, non. Mais ma soeur est née malade, et j'étais pas pressé de voir ça arriver, tu vois ? Et trois autres ont des problèmes de santé, gérables si on fait attention, mais..."

L'asthme et les allergies, ça se gère. La mucoviscidose, moins, à l'évidence. Et la maladie de l'anglais, alors ? Il s'interroge réellement pour le coup. Mais il ne la pose pas à voix haute, sa question, non. Il se contente de poser les doigts sur son instrument et de laisser quelques notes envahir la pièce.

"Je sais jouer un peu de violon. Mais..."

Définitivement du piano. Le polonais sourit un instant, puis se remet à jouer. Et la balade dont les notes s'égrènent sous ses doigts, dont les mots s'envolent dans la petite pièce, portés par sa voix, n'est sans doute pas le fruit du hasard. Plutôt de son inconscient, de ce qu'il terre au plus profonde de lui et refuse d'accepter. De ce qu'il désire, au fond, sans pouvoir l'accepter.

Ses lèvres sur les siennes.

C'est le glapissement de Bowie qui lui a fait relever la tête, un instant à peine avant que les mains du pianiste ne se referment sur son visage et l'approchent du sien. Un instant seulement avant que ses lèvres ne s'unissent aux siennes en un contact qu'il ne devrait en aucun cas accepter. Ni apprécier. Pourtant, l'espace de quelques secondes, il lui rend ce baiser interdit, savoure la chaleur moite de sa bouche rivée à la sienne. L'alcool n'embrume pas suffisamment ses pensées pour qu'il ne se laisse davantage aller, et c'est s'il réalisait avec un temps de retard ce qu'il était en train de faire. ses mains se posent sur les épaules d'Alastair, qu'il repousse doucement, sans brusquerie aucune, mais sans réelle possibilité de rapprochement nouveau.

"Je suis désolé, je peux pas..."

Il n'ose plus croiser le regard qu'il a tant cherché ce soir, redoute d'y lire... d'y lire quoi, d'ailleurs ? La déception, la colère, peut-être ? Il ne sait pas. La tristesse, sans doute. Et il sait qu'il n'est pas prêt à le supporter.

"Je peux pas faire ça... J'aurais pas dû..."

Venir ici ? Boire ? Accepter cette étreinte ? Pire encore, la rendre ? Peut-être un peu de tout ça. Et sans doute qu'il devrait se lever et partir. Sans doute aussi qu'il devrait expliquer davantage ce mouvement de recul subit. Sans doute qu'il devrait le détromper, pour que l'étudiant ne croie pas être la source du problème. Mais il ne trouve pas les mots, il ne les trouve jamais dans l'instant. Il lui faut toujours des heures pour les coucher sur le papier, avant de pouvoir les chanter.

Parce que c'est lui-même le problème, au fond il le sait. Il n'aurait pas dû venir et laisser l'autre espérer. Quitte à se faire lui-même du mal à le voir partir. Il n'aurait pas dû apprécier cet échange, alors qu'il sait pertinemment qu'il n'est pas capable de s'y abandonner. Et il ne devrait sans doute pas rester dans ce petit salon, dans ces fringues empruntées, face à l'anglais et son bichon paniqués.

"Je suis désolé", murmure-t-il encore, les mains nouées derrière sa nuque, tête baissée.

Dieu ne lui pardonnera jamais, n'est-ce pas ? Ni ce contact, ni le plaisir qu'il en a ressenti, ni d'avoir dupé l'autre, aussi. Il n'aurait pas dû venir, il n'a fait que les blesser, tous les deux.

Et ça, il n'est vraiment pas certain d'être capable de se le pardonner lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
 

AA ♦ I wanna play rock music ♪

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [JEU] ROCK BAND : Jouer avec plusieurs instrument sur son HD2 [Payant]
» English Pop Music... on the rocks
» Rock'an Music Festival - 9 et 10 novembre à Lavey (VD)
» [APPLICATION ANDROID - GOOGLE PLAY MUSIC] écoutez votre bibliothèque musicale où que vous soyez [Gratuit]
» Montreux Prog Nights : Un peu de jazz-rock prog ?!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fiona's Laboratory :: RP&co :: Behind Closed Doors-